Group Jean-Philippe Larivaud | Port St Lucie, FL 34983
Jean-Philippe & Larivaud Group
Phone: 772-933-4892
Haitian News and Entertainment Time 
HANET
La radio en ligne du groupe JPL, émettant depuis la Floride, Etats-Unis d’Amérique.
Chaque jour, entre minuit et 2 :00 AM, heure de l’Est, suivez le programme de variétés de HANET, la coqueluche du Net. 
Si vous êtes un mordu de l’ordinateur, un insomniaque ou simplement un amateur de bonne musique, cliquez sur le lien ci-dessus. 

Welcome on JPLGROUP website ! 
Bienvenue sur notre site !

 Parce que le bon usage de la langue française est aujourd'hui en nette régression, confiez vos travaux de rédaction et de relecture à des professionnels qualifiés. Remettez-vous en aux experts d'Intello. Discrétion assurée. Tarif abordable.  Téléphone: 1 772 979 6261. Courriel: info@jplgroup.org


Ephémérides
Quelques réflexions sur la cérémonie du Bois Caiman
        La cérémonie dite du Bois Caïman a-t-elle vraiment eu lieu ? C’est une question qu’il faudrait poser au chercheur bien connu Jacques Casimir, dont les chroniques ont déjà projeté une lumière certaine sur nombre d’épisodes obscurs de l’histoire nationale. En attendant, voyons comment le petit manuel de Dorsinvil nous présente les faits.
        Les esclaves attendaient un chef pour les guider : ce fut Boukman, nègre bossale né à la Jamaïque, prêtre vaudou. Dans la nuit du 14 août 1791, il organisa une cérémonie africaine dans la clairière du Bois Caïman, près du Morne Rouge.  
     Tous étaient assemblés quand un orage se déchaina:«… La foudre zèbre de ses éclairs éblouissants un ciel de nuages bas et sombres. En quelques instants une pluie torrentielle inonde le sol, tandis que, sous les assauts répétés d’un vent furieux, les arbres de la forêt se tordent, se lamentent, et que leurs grosses branches mêmes, violemment arrachées, tombent avec fracas... »
  Rappelons que la cérémonie se déroule au mois d’août, mois des cyclones par excellence. La description qui précède est bien celle d’un orage tropical, courant en cette période de l’année. Voyons la suite :
« …Au milieu de ce décor impressionnant, les assistants, immobiles, saisis d’une horreur sacrée, voient une vieille négresse se dresser. Son corps est secoué de longs frissons ; elle chante, pirouette sur elle-même et fait tournoyer un grand coutelas au-dessus de sa tête. Une immobilité plus grande encore, une respiration courte, silencieuse, des yeux ardents fixés sur la négresse, prouvent bientôt que l’assistance est fascinée. On introduit alors un cochon noir dont les grognements se perdent dans le rugissement de la tempête. D’un geste vif, la prêtresse, inspirée, plonge son coutelas dans la gorge de l’animal. Le sang gicle, il est recueilli fumant et distribué, à la ronde, aux esclaves ; tous en boivent, tous jurent d’exécuter les ordres de Bookman… » 
     Quel est l'auteur de ce morceau si poétique? Dorsinvil, sans aucun doute. Mais sur la base de quel document? Une telle réunion étant par nature hautement secrète, on doit supposer que les participants avaient juré de ne jamais rien en révéler. C'est probablement ce genre d'interrogation qui a conduit un chercheur français, dans les années 1980, à conclure que le Bois Caïman n'a jamais existé.
     Selon une tendance plus récente, Boukman serait un prêtre musulman, un imam. Loin de désigner un endroit peuplé de sauriens, Caïman serait alors la traduction créole de « Chez l’Imam » (Kay Imam). Même si cette explication parait un peu tirée par les cheveux, elle prouve au moins une chose : la religion a joué un rôle important dans les guerres de l’indépendance. De ce point de vue, cette cérémonie du 14 août 1791 constitue un bel exemple de motivation politique sur fond religieux. 
    Bookman débute par une sorte d’invocation qui reconnait la toute-puissance du dieu des colons. C’est le dieu créateur du ciel, de la terre et du soleil, donc celui que les catholiques invoquent à travers le Pater Noster ou le Credo. Mais il implore ce dieu d’intervenir en faveur des esclaves qui croupissent depuis deux siècles dans l’esclavage. Le serment du sang qui s’ensuit vise en définitive à impressionner l’assistance et secouer l’apathie de la masse des esclaves qui, nous dit encore Dorsinvil, « souffraient en silence et ne pensaient que rarement au droit de tous les hommes à la liberté ».
​     Est-il vrai, comme l’affirment certains tenants du protestantisme haïtien, que notre pays doit son actuel retard au sacrifice du cochon noir dont le sang fut bu par les conjurés du Bois-Caïman ? En d’autres termes, la cérémonie nocturne du 14 aout 1791 fut-elle une cérémonie diabolique ? On peut évidemment en débattre. 
     Le symbolisme du sang qui apparait ici sert d’argument aux tenants de la thèse évoquée plus haut : le sacrifice du 14 août 1791 aurait hypothéqué l’avenir d’Haïti. Et au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010, le télévangéliste Pat Robinson y est encore allé de son refrain, ignorant probablement que la terre avait déjà tremblé sur l’île, à l’époque coloniale, c’est-à-dire bien avant le serment du Bois Caïman. Nous nous promettons d'y revenir.

L’apoplexie du Roi Christophe

Le 15 août 1820, le roi Christophe tomba frappé d’apoplexie dans l’église de Limonade, à quelques kilomètres du Cap Haïtien. Les soins de son entourage et de son médecin lui sauvèrent la vie, mais il resta paralysé. Telle est du moins la version officielle, celle que les gens de notre génération ont ânonnée à partir des manuels de classe. Mais les vieux Capois racontent une tout autre histoire, qui, selon moi, vaut parfois la peine d’être entendue, dans un pays où comme aurait dit Claude Souffrant, l’oratoire l’emporte souvent sur le laboratoire…
Rappelons que, dans la liturgie catholique, le 15 août ramène la fête de Notre Dame de l’Assomption. L’Assomption désigne l’enlèvement au ciel de la bienheureuse Marie toujours vierge, la mère de Jésus ne pouvant être sujette à la décomposition terrestre, comme le commun des mortels. Plusieurs paroisses haïtiennes sont d’ailleurs consacrées à Marie sous ce vocable, y compris Port-au-Prince et le Cap Haïtien. La fête est généralement célébrée avec faste : messe solennelle, rehaussée de la présence des autorités locales, politiques, administratives ou autres. 
En cette année 1820, le pays est divisé en deux Etats ennemis, qui se regardent en chiens de faïence, depuis les élections controversées de décembre 1806. D’un côté, la république de l’Ouest et du Sud, avec comme président Pétion, puis Boyer, après la mort de celui-ci en 1818. De l’autre, Henri Christophe qui entretemps s’est fait proclamer roi sous le nom d’Henri 1er, exerce un pouvoir absolu sur les départements du Nord, de l’Artibonite et du Nord-ouest. Il s’est surtout taillé une réputation de roi bâtisseur, avec des talents remarquables d’organisateur, et une férule rigide dont on sent encore aujourd’hui la marque, environ deux-cents ans après sa mort…  
Aussi la présence du monarque était-elle apparemment très attendue à la messe solennelle du 15 août au Cap Haïtien. Pourtant Christophe préféra se rendre à Limonade. A ses proches collaborateurs qui lui rappelaient l’importance de cette date, il aurait répondu : « Si la Vierge souhaite se trouver en ma compagnie, qu’elle me suive à Limonade ! »  
​   Mais tandis qu’il assistait à la messe, il vit – ou crut voir – officiant à l’autel, le révérend Père Corneille Brelle, qu’il avait fait exécuter quelques jours plus tôt. Armé de son gourdin dont il ne se séparait jamais, dit-on, le roi fonça vers l’autel pour régler son compte au défunt prêtre qui avait eu la malencontreuse idée de revenir se moquer des vivants. Il n’atteignit point ledit
prêtre, mais se cogna violemment la tête contre le marbre de l’autel et s’étendit de tout son long, couvert de sang. On assure que jusque vers les années 1900, les traces de sang séché demeuraient encore visibles…
   Légendes, me direz-vous ! Mais connaissez-vous un roi bâtisseur dont l’histoire ne soit pas assortie de légendes ?  
JPL, 15 août 2014  

Sign InView Entries
Le mois de septembre sur jplgroup.com


11 septembre 2001: attaque du World Trade center. 
18 septembre 2010 : Décès de Patrick St Eloi, chanteur du groupe antillais Kassav.. 
18 septembre 1792 : Une deuxième commission civile arrive au Cap Français. Elle comprend trois membres : Sonthonax, Polvérel et Ailhaud.
22 septembre 1804 : Jean-Jacques Dessalines est proclamé empereur par sa garde d’honneur.
22 septembre 1957 : François Duvalier est élu président de la république d’Haïti. 
29 septembre 1966 : Le cyclone Inès frappe de plein fouet la côte sud-est d’Haïti. 
29 septembre 1991 : Le président Jean-Bertrand Aristide est renversé par un coup d’Etat militaire.

American Airlines inaugurera son premier vol au Cap Haïtien le 2 octobre prochain 

Le Premier ministre, Laurent Lamothe, s'est entretenu, vendredi, avec les représentants de la American Airlines en Haïti et des différentes firmes de construction engagées dans l'exécution et la supervision des travaux de l'aéroport international du Cap-Haïtien. 
     Le chef du gouvernement a voulu s'enquérir de l'état d'avancement de ces travaux en vue de l'inauguration, le 2 octobre prochain, du vol de la American Airlines dans la métropole du Nord. La construction de la piste, qui mesure 2652 m de long sur 42 m de large, est totalement achevée. Les travaux se poursuivent afin de doter l'aéroport d'un terminal flambant neuf. La construction de la caserne des pompiers est également en cours. 
    « Avec l'arrivée de la American Airlines au Cap-Haïtien, c'est un autre pas qui est franchi dans le processus de décentralisation du pays », s'est félicité le Premier ministre Lamothe qui renouvelle la volonté du Gouvernement Martelly/Lamothe de placer le pays sur la voie du progrès et du développement. (Radio Métropole, samedi 6 septembre)

    
Carolyn Desert (Photo Haiti Libre)
Haitian businesswoman, 25, crowned Miss Haiti 2014

  The crowd was already chanting her name before 25-year-old restaurant owner Carolyn Desert was crowned Miss Haiti 2014 Sunday in Port-au-Prince.
  She steadied the crown, decorated with crystals and tiny mirrors, as she acknowledged the standing ovation at the Karibe Convention Center and repeated a vow she'd made earlier in the competition: "I'm going to support the youth. I'm going to support women. I'm going to support the poor."
   Desert, a freelance writer and the owner of a Mexican restaurant in the upscale Petionville district of Port-au-Prince, is known for supporting artists and helping impoverished children.   She was a favorite from the beginning. Her wide smile earned her a "most photogenic" award, and her eloquent response during the competition's question-and-answer segment made the crowd of more than 400 people erupt in applause.
She said Haitian women have more to offer than looks: "Perseverance, courage, resilience."
  Desert was one of only two women in a group of 21 participants who competed with closely cropped hair, a decision that had been fiercely debated by Haitians on radio and in social media, with some criticizing competitors for choosing to wear hair extensions or straightening their hair instead of embracing their natural hair.
   Desert will participate in the Miss World competition in London in December.2014 She also will represent the country on trips sponsored by the country's tourism ministry.
   Among those cheering for Desert were 16 girls from the Restavek Freedom Foundation, which helps rescue child slaves in Haiti. (AP, September7, 2014)